Recréation mondiale de "Bellérophon"

Tragédie lyrique de Jean-Baptiste Lully en un prologue et trois actes
Sur un livret de Thomas Corneille

couv_bellerophon

 

Considéré comme l’un des événements lyriques majeurs de l’année passée, la recréation en juillet 2010 de « Bellérophon »,tragédie lyrique Jean Baptiste Lully, réaffirme l’engagement de l’Ensemble et de son chef Christophe Rousset dans
la recherche d’œuvres méconnues ou injustement oubliées.

 

Lors de sa création, le 31 janvier 1679 à l’Académie Royale de Musique,
« Bellérophon » fut, dès les premières représentations, saluée comme
« le chef-d’œuvre de Monsieur de Luly ».  Dernier opéra du compositeur à ne pas avoir été recréé depuis le mouvement de renouveau du baroque français au début des années 1980, il aura fallu attendre plus de 300 ans pour que celui-ci retrouve vie.

 

Rappelons ici  que ce projet audacieux doit sa réalisation à la confiance et au soutien du Cercle des Mécènes, rapidement convaincu de l’ampleur et de l’intérêt de l’entreprise sur le plan historique.

 

La recréation de l’œuvre au festival international d’opéra baroque de Beaune en juillet 2010 fut largement saluée par la presse internationale. Suivirent des représentations à la Cité de la Musique de Paris,  à l’Opéra Royal de Versailles, ou encore au Theater an der Wien (Autriche).

 

La sortie du disque en mars 2011 (label Aparté), est venue renforcer la notoriété du projet, notamment grâce aux nombreuses récompenses décernées par la presse spécialisée (FFFF de Télérama, Choc de Classica, Le Diamant d’Opéra Magazine, Diapason découverte…).

 

Bellérophon à l'Opéra royal de Versailles, décembre 2010